Les écolos disent NON ! Dites OUI !!

Vous aimez la chasse ? Défendez là contre les écolos qui veulent l’interdire en participant à la consultation publique sur la chasse ! Cela ne vous prendra que quelques minutes : un projet d’arrêté ministériel sur les nuisibles est en cours et l’Etat a donc mis en place une consultation publique pour permettre à tous de donner son avis. Dites que vous êtes pour la régulation et qu’elle est nécessaire, avec les mots qui vous viennent à l’esprit car les avis recopiés ne sont pas pris en compte.

Tous les écolos et animalistes se sont mobilisé pour dire NON ! C’est pourquoi il est essentiel que les chasseurs se mobilisent pour dire OUI !

Faites l’effort de consacrer quelques minutes à cette consultation en cliquant sur ce lien : http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=1986

Merci pour la chasse !

Ce qu’il faut savoir pour valider à 200 € son permis de chasser en 2019

Le permis national est à 200 €. + 5 € de frais de dossier + assurance*. Par ex. l’assurance proposée par la Fédération Départementale des chasseurs des Bouches du Rhône ( 13) est de 23 €, soit un permis national à 228 € tout compris. L’ouverture de la validation se fera courant juin 2019.

Le timbre petit gibier et grand gibier ne forment plus qu’un. Autrement dit, quel que soit la validation que vous prenez, vous pouvez chasser les petits gibiers comme le faisan, lapin, pigeon, bécasse…etc, mais aussi les espèces classées grand gibier comme le sanglier, le chevreuil, etc.

La validation bi-départementale n’existe plus. Sachant que, par ex. dans les Bouches du Rhône ( 13), la validation départementale est de 150 € tout inclus (hors assurance), il vous coûterait plus cher de prendre deux validations départementales plutôt qu’une validation nationale.

Continuer la lecture de « Ce qu’il faut savoir pour valider à 200 € son permis de chasser en 2019 »

Regarde pourquoi je n’ai pas tiré !

Bien Chasser, c’est aussi savoir quand il ne faut pas tirer ! Rester calme et concentré, ne jamais perdre son sang froid. Trop d’émotion ou de précipitation sont souvent à l’origine de loupés ! Donc pas de réaction impulsive, on analyse la situation et on s’applique. La chasse est un très bon exercice pour qui veut s’entrainer à garder son « self-control », c’est-à-dire, grâce à un travail sur ses émotions, sa sensibilité et ses réflexes, parvenir à prendre l’ascendant sur ces fonctions, même sous pression ou en état de stress !

Ne pas tirer dans certaines situations est une question d’ethique, comme il est montré dans cette video, mais c’est aussi une règle de base pour assurer sa sécurité, et surtout celle de ses compagnons ! Eviter d’éventuels accidents de chasse doit toujours être la priorité !

Qu’en pensez vous ? Etes vous plutot calme ou excité à la chasse ? Commentez ci-dessous ou faites nous part de vos meilleures anecdotes à ce sujet !

Cliquez ICI pour voir gratuitement plus de videos de chasse !

QUEL AVENIR POUR LA CHASSE EN FRANCE ?

En Janvier 2015, on nous annonçait la création de l’AFB (Agence Française de la Biodiversité), sous la houlette et la direction d’écologistes intégristes anti-chasse déclarés et pro-loup, dirigeants du ROC (Rassemblement des Opposants à la Chasse), rebaptisé « Humanité et Biodiversité » pour mieux avancer caché. Les dirigeants du ROC ont été nommés dirigeants de la nouvelle AFB par les pouvoirs publics.

Je vous rappelle le crédo des anti-chasses :  » La chasse n’a plus sa place en France et doit, à terme, être abolie ». Et le président du ROC avait exprimé publiquement sa volonté de phagocyter l’ONCFS pour parvenir à ce but ultime !

Donc ces personnes se sont installées à la tête de l’AFB, puis ont poursuivi leur deu- xième objectif : s’emparer de l’ONCFS.

C’est ce qui sera achevé pour le 1er Janvier 2020 !
En effet le projet de loi fusionnant l’AFB et l’ONCFS en un seul organisme nommé OFB (Office Français de la Biodiversité) est depuis le 23 janvier sur le bureau de l’Assemblée Nationale, en lecture accélérée.
Le nouvel établissement regroupera les 1600 agents de l’ONCFS, et les 1200 agents de l’AFB, issus de l’office de l’eau (Onema) pour 900, de l’établissement public des parcs nationaux, de l’agence des aires marines protégées, et de l’Aten, organismes absorbés par l’AFB à sa création.

La Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) était initialement opposée fermement à cette fusion, et l’avenir risque fort de nous montrer que c’était justifié. Mais la FNC s’est laissé convaincre par des cadeaux comme la soi-disant baisse du permis (arrêt d’un détournement en fait, voir cet article), la promesse d’une prolongation de la chasse aux oies, et la réforme de la chasse, réforme qui risque fort de se retourner contre nous dans les faits.

Continuer la lecture de « QUEL AVENIR POUR LA CHASSE EN FRANCE ? »

LOUP : LE GOUVERNEMENT AU PIED DU MUR

Le plan loup 2018/2023, guidé par une « Expertise scientifique Collective » (composée d’experts dont la sensibilité ou l’appartenance écologiste n’a pas été précisée) avait fixé pour objectif un seuil de viabilité de 500 loups en France, à atteindre en 2023, arguant d’une forte mortalité des loups, liée en particulier aux tirs autorisés.

Ce qui est faux, puisque de 2004 à 2017 le total des prélèvements de loups autorisés en France a été de 198 spécimens, mais sur ces 198, seulement 125 ont été prélevés.
125 sur 13 ans, soit moins de 10 par an en moyenne. Un mensonge de plus, à ajouter à celui concernant le taux de reproduction, donné par l’expertise à « un reliquat de croissance de 5% », alors que les chiffres observés officiels donnent un taux de croissance de 22% !

Or la situation actuelle est la suivante :
Prédation: déjà plus de 12.000 animaux (ovins, caprins, bovins, équins) dévorés ou tués. Coût pour le contribuable : 30 millions d’euros, entre indemnisations et mesures de protection.


Fin 2017 : 74 ZPP (Zones de Présence Permanente) et 57 meutes.
Fin été 2018 : 85 ZPP et 72 meutes (soit 26.5 % de croissance du nombre de meutes recen- sées) !
La réunion loup officielle d’Octobre à Lyon constatait la présence de plus de 500 loups.
Et ce malgré l’activisme des pro-loup qui demandent à leurs membres de détruire soigneusement toutes traces de présence du loup ( traces de pattes, crottes, etc…) pour empêcher au maximum une estimation valable de la population lupine.
Dans les Bouches du Rhône, le loup est présent sur au moins 3 sites : Ste Victoire, Ste Baume, Monts Auréliens. Une meute a été photographiée à Trets.

Or le plan loup dit avoir pour objectif 500 loups à l’issue de 2023. Nous dépassons déjà l’objectif, 5 ans avant. Et, avait écrit le gouvernement, « une fois l’objectif atteint, le dispositif de gestion de la population de loups sera réexaminé ».

Continuer la lecture de « LOUP : LE GOUVERNEMENT AU PIED DU MUR »