ATTENTION : CHIENS DE CHASSE MORTS EN 3 JOURS !

La maladie d’Aujeszky ou pseudo-rage a été identifiée en 1902 par un vétérinaire Hongrois. C’est une maladie due à un virus de la famille Herpes. Elle est répandue dans le monde entier, et n’est pas transmissible à l’homme. Elle touche les suidés domestiques ou sauvages, qui constituent le réservoir de virus. Elle peut être transmise par contact, ou par ingestion de viande infectée, aux ruminants et aux carnivores comme les chiens.

Chez le chien, la maladie est toujours mortelle en moins de 3 jours, et chez le chat en quelques heures. Les porcs ou les sangliers n’en meurent pas, mais présentent des troubles souvent discrets : fièvre, toux, prurit, avortements.

Le chien présente des troubles plus marqués, précédant la mort : abattement, fièvre, troubles de l’équilibre, convulsions, prurit intense avec parfois auto- mutilation. Il n’existe aucun traitement !

Il n’est pas possible de diagnostiquer la maladie chez le sanglier, vivant ou mort, sauf tests biologiques. Tout sanglier peut en être porteur.
Des foyers sont signalés dans le 06 et le 83.
Des foyers porcins en élevage (donc contaminés par contact avec des sangliers) sont signalés dans le 04 et le 84.

Soyez donc particulièrement prudents dans ces départements.
Pour vos chiens, les consignes de sécurité sont les suivantes:
– ne pas laisser les chiens piller (mordre) les sangliers tués.
– ne pas leur donner de la viande ou des viscères des sangliers tués.

2

Journée de rêve en BATTUE !

Riche en action et en émotions, cette video va vous transporter en Provence pour assister à l’une des plus belles battues de GROS SANGLIERS ! 

Vous serez sous le charme de ce magnifique territoire de 800 ha réputé pour sa densité de sangliers, cerfs, daims (trophées exceptionnels).

Pour chasser en battue au domaine de Jaumegarde sous le soleil de la Provence il vous en coûtera 350€ la journée (repas non inclus) et/ou 150€ par accompagnateur (repas inclus).

En plus des battues du week-end, nous pouvons organiser une journée de chasse (mercredi ou jeudi) à l’approche, et/ou à l’affut à 250 € (guide & repas inclus) + taxes gibier. Renseignements au 06.12.44.84.84.

Ce qu’il faut savoir pour valider à 200 € son permis de chasser en 2019

Le permis national est à 200 €. + 5 € de frais de dossier + assurance*. Par ex. l’assurance proposée par la Fédération Départementale des chasseurs des Bouches du Rhône ( 13) est de 23 €, soit un permis national à 228 € tout compris. L’ouverture de la validation se fera courant juin 2019.

Le timbre petit gibier et grand gibier ne forment plus qu’un. Autrement dit, quel que soit la validation que vous prenez, vous pouvez chasser les petits gibiers comme le faisan, lapin, pigeon, bécasse…etc, mais aussi les espèces classées grand gibier comme le sanglier, le chevreuil, etc.

La validation bi-départementale n’existe plus. Sachant que, par ex. dans les Bouches du Rhône ( 13), la validation départementale est de 150 € tout inclus (hors assurance), il vous coûterait plus cher de prendre deux validations départementales plutôt qu’une validation nationale.

Continuer la lecture de « Ce qu’il faut savoir pour valider à 200 € son permis de chasser en 2019 »

Regarde pourquoi je n’ai pas tiré !

Bien Chasser, c’est aussi savoir quand il ne faut pas tirer ! Rester calme et concentré, ne jamais perdre son sang froid. Trop d’émotion ou de précipitation sont souvent à l’origine de loupés ! Donc pas de réaction impulsive, on analyse la situation et on s’applique. La chasse est un très bon exercice pour qui veut s’entrainer à garder son « self-control », c’est-à-dire, grâce à un travail sur ses émotions, sa sensibilité et ses réflexes, parvenir à prendre l’ascendant sur ces fonctions, même sous pression ou en état de stress !

Ne pas tirer dans certaines situations est une question d’ethique, comme il est montré dans cette video, mais c’est aussi une règle de base pour assurer sa sécurité, et surtout celle de ses compagnons ! Eviter d’éventuels accidents de chasse doit toujours être la priorité !

Qu’en pensez vous ? Etes vous plutot calme ou excité à la chasse ? Commentez ci-dessous ou faites nous part de vos meilleures anecdotes à ce sujet !

Cliquez ICI pour voir gratuitement plus de videos de chasse !

LOUP : LE GOUVERNEMENT AU PIED DU MUR

Le plan loup 2018/2023, guidé par une « Expertise scientifique Collective » (composée d’experts dont la sensibilité ou l’appartenance écologiste n’a pas été précisée) avait fixé pour objectif un seuil de viabilité de 500 loups en France, à atteindre en 2023, arguant d’une forte mortalité des loups, liée en particulier aux tirs autorisés.

Ce qui est faux, puisque de 2004 à 2017 le total des prélèvements de loups autorisés en France a été de 198 spécimens, mais sur ces 198, seulement 125 ont été prélevés.
125 sur 13 ans, soit moins de 10 par an en moyenne. Un mensonge de plus, à ajouter à celui concernant le taux de reproduction, donné par l’expertise à « un reliquat de croissance de 5% », alors que les chiffres observés officiels donnent un taux de croissance de 22% !

Or la situation actuelle est la suivante :
Prédation: déjà plus de 12.000 animaux (ovins, caprins, bovins, équins) dévorés ou tués. Coût pour le contribuable : 30 millions d’euros, entre indemnisations et mesures de protection.


Fin 2017 : 74 ZPP (Zones de Présence Permanente) et 57 meutes.
Fin été 2018 : 85 ZPP et 72 meutes (soit 26.5 % de croissance du nombre de meutes recen- sées) !
La réunion loup officielle d’Octobre à Lyon constatait la présence de plus de 500 loups.
Et ce malgré l’activisme des pro-loup qui demandent à leurs membres de détruire soigneusement toutes traces de présence du loup ( traces de pattes, crottes, etc…) pour empêcher au maximum une estimation valable de la population lupine.
Dans les Bouches du Rhône, le loup est présent sur au moins 3 sites : Ste Victoire, Ste Baume, Monts Auréliens. Une meute a été photographiée à Trets.

Or le plan loup dit avoir pour objectif 500 loups à l’issue de 2023. Nous dépassons déjà l’objectif, 5 ans avant. Et, avait écrit le gouvernement, « une fois l’objectif atteint, le dispositif de gestion de la population de loups sera réexaminé ».

Continuer la lecture de « LOUP : LE GOUVERNEMENT AU PIED DU MUR »